La maladie d’Alzheimer

Alzheimer est une maladie du cerveau, médicalement nommée affection neurodégénérative, c’est à dire une maladie qui touche et détruit progressivement le système nerveux central.

Cette détérioration progressive et définitive des cellules nerveuses provoque peu à peu une démence.

La maladie altère essentiellement les zones du cerveau de la mémoire et du langage.

Alzheimer entraîne, pour les personnes qui en sont atteintes, une détérioration durable et progressive des fonctions cognitives.

Mémo sur les affection neurodégénérative

Ce sont des maladies qui affectent progressivement le fonctionnement du système nerveux.

Ces maladies détériorent puis détruisent les cellules nerveuses dont font partie les neurones.

Les patients souffrent donc d’une altération des fonctions nerveuses qui peuvent conduire au décès.

Le docteur Aloïs Alzheimer

C’est en 1901 que se présente une femme atteinte de symptômes encore méconnus : troubles de la mémoire, difficultés de compréhension, aphasie, désorientation et hallucinations.

Cette détérioration progressive et définitive des cellules nerveuses provoque peu à peu une démence.

Le docteur Aloïs Alzheimer sera le premier à décrire cette maladie qui porte dorénavant son nom. Il la définira comme une « démence du sujet jeune, rare et dégénérative ».

Cependant, avant les années 1990, Alzheimer n’était pas reconnu comme une maladie mais comme une démence assimilée au vieillissement. Cette vision a bien changé puisque cette maladie est dorénavant considérée comme la crise sanitaire et sociale la plus importante du XXIe siècle. C’est même la maladie la plus crainte par les Français après le cancer.

Depuis une vingtaine d’années les scientifiques et les pouvoirs publics se penchent donc sérieusement sur la question Alzheimer devenue une priorité de santé publique.

Qui est Aloïs Alzheimer ?

Né le 14 juin 1864, il a suivi des études de médecine dans plusieurs universités Allemande. En 1888 il commence sa carrière de médecin comme assistant dans un hôpital spécialisé dans les maladies mentales.
C’est là que se présentera Auguste D, qui lui inspirera ses nombreuses recherches et expériences. Il la suivra jusqu’à sa mort de septicémie en 1906. A l’apogée de sa carrière, en 1912, Alois Alzheimer est promu directeur de la clinique psychiatrique de l’université Freidreich-Wilhelm de Breslau. Il mourra trois ans plus tard, le 15 décembre d’une affection dégénérative.