Astuces pour réussir l’installation d’une douche italienne

Ces dernières années, l’installation de douches italienne est devenue très tendance lorsqu’il s’agit d’aménager une salle de bain. Si vous envisagez d’agrandir l’espace de bain, transformer sa baignoire en une douche minimaliste est une solution rapide et abordable. Envie d’installer une douche italienne ? Vous aurez l’embarras du choix en ce qui concerne les matériaux, les couleurs et les options. Voici quelques conseils pour réussir cette étape.

Tout d’abord, le succès de la douche italienne repose sur son élégance et sa praticité. L’installation se fait au ras du sol. La mise en place de rideau et de panneau de douche n’est plus nécessaire. La douche italienne occupera votre pièce tout en favorisant l’espace et la relaxation. Elle est dotée de plain-pied pour faciliter l’accès des seniors et personnes à mobilité réduite. L’espace de bain est également plus important puisqu’il n’y a pas de cabine exiguë.


Courant d’air froid

Il n’est pas rare que l’on se plaigne d’un court d’air froid désagréable pendant le bain. Pour éviter ce genre de souci, il ne faut pas procéder à l’installation de grille de ventilation au-dessus de la pomme de douche. En effet, les déperditions de chaleur sont souvent plus importantes comparées à une cabine où la vapeur reste à l’intérieur. Toutefois, vous pouvez toujours faire installer une porte vitrée dans le cas où le courant froid persiste.


Qu’en-est-il de la taille ?

Les espaces dans les salles de bain sont de plus en plus étroit. Raison pour laquelle on opte souvent pour une solution non encombrante. Le pan de mur doit avoir des dimensions de 140×160 cm, avec une largeur minimum de 120 cm. Les dimensions en dessous de ce seuil ne sont pas en mesure de mettre votre sol à l’abri des éclaboussures. Le remplacement d’une baignoire existante par une douche italienne est favorable puisque la surface est parfaite et les points d’eau sont déjà installés. Il faut juste penser à une chose : l’évacuation qui doit être encastré dans le sol, surtout dans le cas des maisons anciennes.


Sol carrelé ou receveur ?

Installer un carrelage au sol, ça peut être beau à voir, toutefois, ce n’est pas pratique. Effectivement, l’humidité peut passer par les joints du carrelage et entraîner des soucis d’étanchéité et de moisissures. Un receveur ou un caniveau de douche est à privilégier pour une sécurité optimale. Les matériaux les plus utilisés sont l’acier et le composite.


Bien choisir la paroi de douche

Lorsqu’on parle de douche italienne, ce qui nous vient en tête c’est sa paroi en verre. En général, l’installation de paroi vitrée se fait sans profilés visibles. Vous pouvez également opter pour un panneau de douche maçonné. Cependant l’installation de ce type de paroi requiert souvent une main-d’œuvre plus importante. En ce qui concerne la finition du mur, les panneaux imperméables demeurent une solution simple. Ces derniers peuvent être en acrylique ou en composite et s’installent sur le carrelage existant en toute facilité. Le panneau à jointure procure une sensation plus maximisée du fait que la douche italienne fait partie intégrante de l’espace de bain.  

paroi-vitre


Une meilleure évacuation

Pour une bonne évacuation, assurez-vous à ce que l’évacuation de l’eau soit adaptée au débit de la pomme de douche. Les modèles les plus choisis sont ceux qui disposent une douchette à main et une douche pluie. Ce type de douche affiche une consommation de 9 à 12 litres d’eau par minute selon la pression d’eau et le modèle. Ce flux peut être absorbé parfaitement par une évacuation moyenne. Il est recommandé de nettoyer le siphon régulièrement pour empêcher son obstruction.


Une douche italienne à quel prix et en combien de temps ?

La durée de la transformation d’une baignoire existante par une douche à l’italienne dépend des matériaux choisis et des travaux nécessaires. Cependant, les travaux se font souvent plus rapidement, en moins de deux jours. Pour les projets qui nécessitent des travaux de maçonnage, carrelage ou coulage de chape, la durée peut aller jusqu’à une semaine. Le coût dépend également des travaux à effectuer et les choix effectués. Toutefois, il faut prévoir au minimum 3 500 euros pour les matériaux et l’installation.


Choix du matériau

Acrylique : Il s’agit du matériau le plus abordable et facile à nettoyer. Les modèles sont très variés bien que le coloris est limité au blanc. Implantation au sol, avec la réalisation d’une petite marche.

Caniveau en acier : Ce matériau est très hygiénique. Respectueux de l’environnement, il est également recyclable à 100%. Le prix est toutefois plus élevé et le choix de modèle est limité. Il génère également plus de bruit que le synthétique.

Composite : l’installation de ce matériau peut se faire à fleur de sol. Il est apprécié pour sa facilité d’entretien et sa résistance aux rayures. Vous avez un large choix en ce qui concerne le design, le coloris et les surfaces. Le composite est également hygiénique et emmagasine la chaleur, ce qui évite les pieds froids. Le coût est compris entre l’acier et l’acrylique.