Selon une récente enquête, plus de la moitié des 50-64 ans et près de 71% des 65 ans et plus, ont déjà aidé un proche dépendant dans leur vie quotidienne. Ces chiffres révèlent l’importance que l’aide familiale a pris ces dernières années.

La famille en premier lieu

Le sujet de la prise en charge de la dépendance est en train de faire débat. Pourquoi ? La majorité des personnes qui aident les membres de leur famille, sont aussi âgées qu’eux.

Avec l’allongement de l’espérance de vie, le soutien aux personnes âgées dépendantes devient considérable. Les seniors entre 50 ans voire 70 ans sont présents pour leurs ainés âgés de 80 ans voire de plus de 100 ans. Sans compter les époux et épouses qui se situent dans la même tranche d’âge que leurs compagnons et compagnes.

Malgré les aides financières issues d’organismes communales ou nationales, le problème de la présence d’une aide humaine se pose en permanence. La plupart des aidants continuent de travailler et ont des enfants à charge. Pour les plus âgés, ils sont parfois atteints de maladies liées au grand âge.

Des chiffres éloquents

Les membres des proches dépendants se font aider eux-mêmes par des professionnels et …. d’autres membres de la famille (plus d’un tiers dans les deux cas). Les structures spécialisées ne sont que minoritaires avec à peine 19% d’entre eux.

D’ailleurs, à leurs yeux, l’aide la plus efficace  se traduit d’abord par des conseils donnés par des associations ou organismes publics et une formation adaptée. Seule une personne sur dix dit qu’elle peut se débrouiller seule sans aucune aide extérieure. Dans tous les cas, neuf déclarants sur dix disent qu’un soutien, quelle que soit sa forme, est nécessaire notamment concernant l’aspect financier.